1980-2020 : La Maison de la Danse a 40 ans

Saison 2019-20 : Une saison anniversaire !

La Maison de la Danse fête en 2020 ses 40 ans !
Tout au long de la saison 2019-20, nous célébrons cette jeune quadra, en pleine forme et toujours généreuse, qui a déjà accueilli 1300 compagnies de danse et plus de 4,5 millions de spectateurs ! Aucun style n’est exclu de la Maison de la Danse, notre seul critère est la qualité. Nous souhaitons offrir le meilleur de chacune des expressions : danses du monde, néo-classique, oeuvres hybrides, théâtrales, engagées, conceptuelles ; venant de tous les continents. À l’occasion de nos 40 ans, nous vous donnons rendez-vous pour fêter des anniversaires en écho aux spectacles présentés : un style de danse, une compagnie, un artiste… Avec de nombreuses surprises à découvrir, nous vous emmenons vers une fête ininterrompue sur l’ensemble de la saison 2019-20 pour un anniversaire au diapason... de toutes les danses !

 

un peu d'histoire...

La Maison de la Danse est née d’une initiative sans précédent de cinq chorégraphes lyonnais — Claude Decaillot, Marie Zighera, Michel Hallet-Eghayan, Lucien Mars et Hugo Verrecchia — qui, dès 1977, eurent l’idée folle de s’unir dans l’intention de dédier un lieu à la danse. Un pari audacieux à une époque où la danse était encore peu représentée dans le paysage artistique français. Joannès Ambre, alors adjoint à la culture de la Ville de Lyon, eut l’audace et l’esprit visionnaire pour accepter la proposition.

Le 17 juin 1980, la Maison de la Danse ouvre ses portes dans l’ancienne salle des fêtes de la Croix-Rousse (devenue depuis le Théâtre de la Croix-Rousse). Guy Darmet en prend aussitôt la direction et reste pendant 32 ans le directeur passionné et talentueux qu’on connaît. Dès les premières saisons, avec son équipe, il sait éviter les pièges de l’enfermement dans une seule ligne esthétique, ouvrant la Maison de la Danse à tous les styles. Chaque saison, les coups de cœur et les découvertes s’entremêlent, la Maison écrit les pages d’une magnifique et rare histoire avec son public. Avec le déménagement de la Croix-Rousse au Théâtre du Huitième en septembre 1992, la Maison de la Danse trouve un théâtre à la hauteur de ses ambitions. Elle continue son développement avec des spectateurs de plus en plus nombreux et gagne une reconnaissance internationale. En 2010, Charles Picq, réalisateur de la Maison de la Danse, crée Numeridanse, la plus grande vidéothèque éditorialisée de danse au monde.

En 2011, Guy Darmet passe le relais à Dominique Hervieu, danseuse et chorégraphe, qui quitte la direction du Théâtre national de Chaillot pour écrire une nouvelle page de la danse à Lyon. Elle préserve l’ADN de la Maison de la Danse en s’appuyant sur la pluralité esthétique. Portées par l’ensemble de l’équipe, de nouvelles missions pour l’éducation artistique et la création numérique — ainsi que la construction d’un Pôle européen de création — amplifient et renforcent le rôle que la Maison de la Danse porte sur le plan local et international. À nouveau, l’emblématique institution lyonnaise doit s’agrandir pour répondre aux défis culturels du XXIe siècle. L’État, les collectivités locales et en premier lieu la Ville de Lyon décident en 2018 de réhabiliter le Musée Guimet en un lieu dédié principalement à la recherche chorégraphique : Les Ateliers de la danse. Le Pôle danse lyonnais qui rassemble alors Maison de la Danse, Ateliers de la danse et Biennale de la danse, devient l’un des socles les plus importants pour l’art chorégraphique en Europe.